Juil 2 2011

Switch ***

Ca a le gout de Ne le dis à personne de Guillaume Canet, une référence en la matière, certes ce n’est pas aussi abouti, mais l’histoire démarre au Quebec, dans le petite province, là où une jeune graphiste en galère d’emploi voit en l’été l’opportunité d’échanger sa belle maison au bord du lac avec un appartement en plein Paris.

A peine arrivée dans la capitale, elle se retrouve impliquée dans un assassinat qu’elle n’a pas commis, et face à une police qui en fait son suspect numéro un, elle décide de prendre la fuite.
C’est donc efficace. Notre Eric Cantona national est de retour sur l’écran en flic menant l’enquête, et la jeune québecquoise vient vraiment de là bas, c’est une vedette depuis son plus jeune âge outre atlantique, elle se nomme Karine Vanasse, et elle a démarré à la télévision canadienne dès l’âge de 10 ans, et ne va pas rester longtemps inconnue chez nous…

Alors oui si on l’a surtout remarqué pour des drames là bas, ici c’est l’occasion d’explorer un genre nouveau et on n’a pas fini d’entendre parler d’elle… je l’ai rencontré la semaine dernière sur Paris.

Ecoutez l’interview intégrale de Karine Vanasse


Juil 2 2011

Il n’est jamais trop tard **

L’affiche est splendide. Amateurs de comédies romantiques, voici un duo qui peut faire rêver… j’ai nommé l’un des roi du genre dans les années 90, Tom Hanks, dont on a le souvenir encore tous en tête de Nuits blanches à Seatle, et à ses côtés pour ce Il n’est jamais trop tard, de Julia Roberts.

L’histoire de ce film raconte comment le modeste employé modèle qu’est Tom hanks pour un hypermarché américain est mis à la porte parce que non diplomé, et donc sans avenir chez ce grand distributeur.

Dans la panade financière, il décide de repartir à la fac, et Julia Roberts est sa prof. La suite c’est dans ce film, qui est le second réalisé par Tom Hanks en personne. Il a fait beaucoup, pas simplement jouer et réaliser, mais il l’a aussi produit, écrit les dialogues et signé le scénario.

Ce n’est pas pour autant la comédie romantique du siècle, ce n’est pas mieux qu’une autre, et surtout loin du mythique Nuits blanche à Seatle, mais c’est suffisamment rafraichissant, et avouez l’affiche est belle !


Juil 2 2011

Case Départ **

Les deux humoristes révélés par Jamel Debouze au Jamel Comédie Club se rêvaient de passer de la télévision au cinéma.

C’est chose faite avec ce case départ où tous deux se découvrent deux demis frères d’origine antillaise, assez opposés dans leur mode de vie.

Au chevet de leur père mourant, les deux  recoivent pour héritage l’acte affranchissant, et qui a premis de rendre leur liberté à leurs ancètres. N’y prêtant que peu d’importance, pour les punir, ils sont renvoyés dans le passé et se retrouvent esclaves à leur tour.