Juin 8 2011

Low Cost ***

Djerba – Paris en avion à zero euros, ça n’existe qu’au cinéma ! Mais fort heureusement il y a plus d’un vacancier crédule pour se retrouver coincé sur le tarmac tunisien pour les besoins de cette comédie grand public.

Mais la difficulté c’est que la compagnie qui affrète cet avion vient de faire faillite. Plus personne ne contrôle les passagers qui lancent une mutinerie, en prenne le contrôle aidé d’un ancien commandant de l’air à la retraite qui ne rêvait que de ce moment faut croire. C’est Gérard Darmon.

Une des hôtesses Judith Godrèche prend part avec les passagers dont fait partie Jean-Paul Rouve qui s’amourache de cette dernière.

On est alors partie pour une heure trente de délires, de situations improbables et de gags… on sortira que très peu de cet avion, et pourtant on ne s’ennui pas une seule seconde. L’humour des Z.A.Z. est en partie retrouvé ici et ce Low Cost est un excellent divertissement à voir à la veille des grands départs de vacances !

Retrouvez ici l’interview intégrale de Gérard Darmon et de Jean-Paul Rouve


Juin 8 2011

Une séparation ***

Une séparation est un magnifique drame iranien, qui au-delà de nous conter une simple histoire familiale, va bien plus loin et nous livre une chronique sociale de ce pays à travers le prisme de deux couples, l’un moderne et l’autre plutôt traditionnel.

On y découvre un Iran totalement méconnu avec une société très proche de la notre sur beaucoup de points de vue, et l’histoire nous entraine dans le quotidien de Nader, dont l’épouse veux rejoindre l’occident et fait le choix de la séparation. Il embauche une femme pour s’occuper de son père alité. Après une altercation avec cette dernière il est accusé de lui avoir provoqué avec violence une fausse couche. La réalité des choses est altérée… la justice s’en mêle, et c’est rapidement la descente aux enfers que nous vivons aux côtés de notre personnage, et tout s’en mêle alors : religion, morale, exil.

Le tout est magnifiquement filmé sous le regard du réalisateur d’Asghar Farhadi, remarquablement interprété, à tel point qu’il a raflé tous les prix au festival de Berlin : l’Ours d’Or pour le film, et les prix d’interprétation pour le casting féminin et masculin.

Retrouvez ici l’interview complète d’Asghar Farhadi


Juin 8 2011

London Boulevard ***

Amateurs de films sombres et de gâchettes faciles vous allez trouver votre bonheur avec ce London Boulevard. Première réalisation du scénariste des Infiltrés, il y met en scène un Colin Farell tout juste sortie de prison avec tout plein de bonnes intentions. Cependant il ne va pas tarder à croiser un vieil ami des 400 coups tordus sur son chemin. Vite présenté au boss des caïds de la ville, notre héros refuse de s’associer avec ce dernier, et y préfère sa place de garde personnel pour une jeune star montante du cinéma, vivant reclus dans son hôtel particulier des quartiers chics de la ville de son côté.
Mais il ne suffit pas d’avoir la volonté de quitter la pègre pour s’en échapper, c’est plus compliqué et c’est ce que l’on va découvrir ici, même si notre personnage a le dont de franchir les obstacles avec tact.

Réalisé avec genre, ce polar bien mené a le défaut d’être légèrement gratuit dans la surenchère de violence à l’écran. Mis à part ça, il est une version divertissante de la découverte des bas fonds londoniens, bourré de personnages secondaires intéressants, et avec un Colin Farell à la fois doux et violent dans ce rôle… un costard qui semble taillé sur mesure pour lui.