Le Complexe du Castor ***

Présenté hors compétition la semaine dernière à Cannes, ce nouveau film est signé de la belle Jodie Foster, le troisième qu’elle réalise précisément, et elle nous livre ici une fable sensible qui nous plonge au sein d’une famille américaine. Walter Black, quinquagénaire, marié, quelques enfants et chef d’entreprise dans le secteur du jouet n’est plus vraiment heureux. Il a perdu le gout de vivre.

Il va commettre l’irréparable, à moins d’être sauvé in-extremis par un castor en peluche. Epousant sa main droite, la marionnette devient l’intermédiaire entre Walter et ses proches. L’homme se retranche derrière son castor et reprend peu à peu goût à la vie.

Et ce qui est formidable avec Jodie Foster c’est qu’elle réussi à nous attendrir tout en nous faisant rire avec ce drame, sans verser une seule seconde dans le pathos. A ses côtés dans le film, ce père est interprété par un Mel Gibson sur le retour, et cela lui fait un très beau rôle alors qu’il sort tout juste de plusieurs polémiques, et nombreux frasques qui ont déchainé la presse outre atlantique…


Leave a Reply